Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2016

Santé par les plaates : la Curcuna

 

la Curcuna à découvrir : pour les articulations etc.

31/08/2016

riz pour diabétique

Ali Baba Guèye confie qu’il y a du riz pour diabétique

La gastronomie, c’est son truc et c’est normal. L’homme qui a eu la chance de travailler avec les plus grands cuisiniers et pâtissiers des Etats-Unis, d’Europe et d’Asie 32 ans durant, a fait un tour d’horizon de l’alimentation au Sénégal. Ali Baba qui donne son avis sur l’alimentation des Sénégalais, pense que ces dernier mangent mal avec une propension au gras et une sous utilisation des produits locaux. Parlant du riz, il a informé que le riz pour diabétique existe et met au défi tout médecin de prouver le contraire. C’est au cours d’une interview accordée au quotidien ‘’Enquête’’  que le gastronome faisait ces déclarations.

Aly Baba Guèye n’est pas médecin mais défie tout médecin sénégalais de lui prouver que le riz pour diabétique n’existe pas. A l’en croire, il y a une méthode qui permet d’éliminer le sucre et l’amidon dans le riz. Il conseille ainsi aux femmes sénégalaises, de mettre, avant de préparer le repas, d’abord le riz dans de l’eau glacée.

Pour lui, tout est dans la bonne éducation alimentaire. Aussi, pense-t-il qu’on ne peut pas demander à quelqu’un qui habite Khombole ou Bambèye par exemple et qui n’a pas de réfrigérateur, de conserver ses légumes, car selon lui, il n’écoutera pas. De même poursuit-il, demander à quelqu’un qui habite Mbirkilane de manger chaque matin de la pomme, ne sert à rien.

«  On a nos propres produits ici qui peuvent combler ces déficits là. Le pain de singe (Buy en wolof) par exemple est riche en protéines. On doit éduquer le peuple pour qu’il consomme les produits locaux », fait-il remarquer.

 

 

10/06/2016

Café et pathologie chronique du foie

Le café comme tout aliment que nous consommons, passe par le foie qui, entre autres fonctions, élimine les toxines et épure le sang.

 

L’Hépatite est une inflammation du foie dont les causes les plus habituelles sont une consommation prolongée d’alcool ou une infection par les virus B et C de l’hépatite. Elle est marquée par une augmentation des enzymes du foie appelées aminotransférases ou transaminases. Cette hépatite peut évoluer vers la cirrhose (nécrose et fibrose des cellules nobles du foie), voire le cancer du foie (carcinome hépatocellulaire). Le café quant à lui, semble jouer un rôle tout à fait contraire.

Selon plusieurs études norvégiennes, américaines, japonaises et italiennes, le risque lié à ces affections diminue chez les consommateurs de café. Dès 1986, une étude norvégienne a révélé une diminution du risque d’augmentation des aminotransférases chez les consommateurs de café. Au Japon, l’observation cumulative de plus de 20 000 personnes a montré que la diminution des aminotransférases était inversement proportionnelle au nombre de tasses journalières de café et était plus nette chez les gros buveurs d’alcool. Une étude américaine portant sur plus de 125 000 sujets suivis pendant 22 ans a confirmé ces résultats qui restaient vrais après exclusion des autres facteurs de risque d’hépatopathies : http://www.redorbit.com/news/science/1112533471/science-d...

Cette relation était nette pour les consommations de café égales ou supérieures à 5 tasses

Qu’en est-il alors de la relation café-cirrhose du foie d’une part et café-cancer du foie d’autre part. Dès 1992, une étude américaine avait montré une diminution du risque de cirrhose et de décès liés à celle-ci en fonction du nombre de tasses de café consommés. Des études italiennes et norvégiennes ont confirmé ces données quelle que soit la cause de la cirrhose. De même, la consommation de café était inversement associée au cancer du foie lié à l’alcool, au virus C ou au virus B. Cette relation était nette pour les consommations de café égales ou supérieures à 5 tasses.

Cette protection attribuée à la caféine n’a pas été retrouvée avec d’autres boissons contenant de la caféine. Le rôle des diterpènes (cafestol et kahwéol) contenus dans le café a aussi été évoqué. Cependant, le mécanisme protecteur du café pour le foie reste à élucider démontrant ainsi que le sujet café et santé reste d’actualité. En attendant, pourquoi ne pas continuer de se délecter de chaque tasse de café qui participe au quotidien à notre capital santé. Le café et le foie font très bon ménage. Savourons-le.