Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blog santé - Page 7

  • Santé environnementale : la biosurveillance humaine

     

    L’épidémiologiste Nadine Fréry, spécialiste des biomarqueurs à l’Invs, a dirigé l’étude d’imprégnation pour les dioxines.© DR

     

    Comment déterminer l’impact des substances chimiques, notamment des polluants environnementaux, sur notre organisme. La biosurveillance humaine est un des outils capables de faire le lien entre expositions et effets sanitaires. L’Invs (Institut national de veille sanitaire) l’a expérimentée avec une étude nationale visant à déterminer l’impact des usines d’incinération sur la santé des populations vivant à proximité. L’épidémiologiste Nadine Fréry a dirigé cette étude. Selon elle, la biosurveillance doit être développée

     

    Lors de la préparation du Plan d’action européen en faveur de l’environnement et de la santé, la biosurveillance humaine a été définie comme « la surveillance de l’homme, en utilisant des indicateurs biologiques, dénommés « biomarqueurs ». Un biomarqueur peut être défini comme une substance chimique ou les produits qui en découlent présents dans le corps humain (biomarqueur d’exposition). On parle habituellement d’imprégnation pour décrire les concentrations de ce biomarqueur dans l’organisme. La biosurveillance permet donc, à partir de mesures très précises, de surveiller la présence et les effets sur l’organisme des substances chimiques, notamment des polluants environnementaux.

    Etude d’imprégnation pour les dioxines

    Face aux inquiétudes légitimes des populations riveraines des usines d’incinération d’ordures ménagères, l’Invs (Institut national de veille sanitaire) a réalisé une étude nationale sur le sujet. En partenariat avec l’Afssa (Agence française de sécurité des aliments), trois groupes d’experts ont été constitués en 2005. Un premier groupe s’est penché sur la problématique locale, un second a réalisé un état des lieux sur l’incinération et sur les rejets. Le troisième groupe s’est intéressé aux effets sanitaires, comme les cancers.

    à suivre

     

  • Recettes de produits naturels - Gâteau aux carottes

     

     

    La carotte augmente le nombre de globules rouges, conseillée donc contre l'anémie, mais aussi les troubles du foie et de l'intestin, les maladies de la peau (vitiligo, dartres, prurit, eczema, ulcères, abcès, panaris, furoncles), la déminéralisation, les vomissements et diarhée infantiles, l'ulcère à l'estomac et les vers intestinaux. La carotte est riche en sucre, vitamines B, C, D, E et bien sûr carotène, précurseur de la vitamine A, la vitamine des yeux.

     

     

     

     

    Ingrédients (tous ces produits peuvent être issus de l'agriculture biologique, agriculture verte ) :

    500 g de Carottes
    20 cl de crème liquide allégée
    1 oeuf
    200 g Sucre en poudre
    1 pincée de cannelle
    1/2 Citron ; jus et écorce râpée
    Gelée d'abricots

     Préparation :

    Nettoyer et râper les carottes dans un saladier.

    Séparer les oeufs et battre les jaunes avec la canelle, l'écorce de citron râpée et le jus de citron.

    Rajouter la crème fraiche battue avec l'oeuf battu, le sucre.

    Incorporer les carottes, bien mélanger.

    Verser la préparation dans un plat à gratin puis enfourner (thermostat 180° environ 50 min).

    Démouler le gâteau encore chaud.

    En recouvrir la surface d'une couche de geléeou confiture d'abricot.

     

    Service :

    Dans assiette à dessert

     

     

     

  • ECOLOGIE COMPORTEMENTALE : Tuer pour naître, un film stupéfiant sur la lutte biologique

     Un film produit par le CNRS dévoile les us et coutumes des insectes parasitoïdes.

     

    Véritables tueurs en séries, les insectes parasitoïdes jouent un rôle majeur dans la régulation des populations d'insectes. Une enquête scientifico-policière à travers l’Europe dévoile les comportements de ces tueurs aux capacités étonnantes…

     

    Sujet de recherches fondamentales, les insectes parasitoïdes constituent d’excellents modèles d’étude d’écologie comportementale. Ils représentent également un enjeu pour des recherches appliquées, notamment dans la lutte biologique où ils deviennent des auxiliaires précieux pour lutter contre des insectes ravageurs de cultures.

     Les parasitoïdes sont encore loin d’avoir révélé tous leurs secrets et de nouvelles pistes de recherche apparaissent…

     

    naitre2.jpg

    Réalisateur : Luc Ronat

     

    Auteur scientifique : Eric Wajnberg (Inra) de l’équipe « Ecologie Comportementale et Moléculaire », Sophia Antipolis (France)

     

    Produit par CNRS Images avec la participation de l’ESF (2009, 28 min)

     

    Pour commander le DVD (français / anglais) http://videotheque.cnrs.fr

     

    Source : CNRS